Pourquoi les banques se tournent-elles vers le cloud ?

Un changement majeur est en cours dans le secteur bancaire en ce moment. De nombreuses banques ont été jusqu’à présent assez silencieuses sur ce sujet, et nombreux sont les opposants qui disaient que cela n’arriverait jamais.

Les banques testent et évoluent rapidement vers le cloud.

Qu’est-ce qui s’est passé ces deux dernières années et qui a changé la façon dont l’industrie bancaire aborde le cloud? Deux mots: Capital One. En octobre 2015, le directeur informatique de Capital One, Rob Alexander, a révélé que la banque était all-in sur AWS. Ils ont été l’une des toutes premières banques des États-Unis à s’engager non seulement dans le cloud, mais aussi à l’annoncer haut et fort.

À peu près au même moment, la Banque mondiale a fait un geste audacieux. Avec Stephanie von Friedeberg, CIO de la Banque mondiale, l’entreprise est rapidement passée de l’aversion au risque, de l’anti-cloud au pro-cloud et l’entreprise a rapidement changé de cap.

Depuis lors, le cloud s’est transformé d’une technologie mal vue dans le secteur bancaire en raison de préoccupations sécuritaires et réglementaires en un domaine de croissance et d’opportunités. Alors que de nombreuses banques se méfient aujourd’hui du cloud, beaucoup d’autres commencent à voir le cloud comme l’avenir de la banque.

Voici pourquoi.

1. Réduction des coûts

Lorsque von Friedeberg a plaidé en faveur du cloud à la Banque mondiale, l’un de ses arguments était de savoir à quel point ils pouvaient réduire leur empreinte de coût. En effet, en passant de Lotus Notes à Microsoft 365 pour le courrier électronique, ils ont constaté une réduction des coûts de 7 à 8 millions de dollars, ainsi qu’une réduction du temps nécessaire au personnel informatique pour le gérer.

Capital One profite également des réductions de coûts permises par le cloud. La société est passée de la gestion et du paiement de huit centres de données en 2014 à trois prévus d’ici 2018.

Les économies de coûts, associées aux améliorations rapides que le cloud peut apporter à une organisation, signifient que les organisations informatiques des banques passent rapidement d’un centre de coûts à un centre d’innovation.

Et comme les applications cloud sont accessibles depuis n’importe quel endroit, des organisations telles que la Banque mondiale constatent que leurs employés sont désormais plus productifs. Une main-d’œuvre connectée signifie que les employeurs obtiennent plus de leur investissement de la part de chaque employé.

2. Déploiement rapide et innovation

La banque est une industrie surpeuplée et hautement compétitive. Et avec des clients plus connectés et plus exigeants que jamais, les banques doivent continuellement innover pour fidéliser leurs clients. Beaucoup ont répondu avec des applications mobiles, des expériences de jeu et des interfaces utilisateur en ligne simplifiées.

Sur place, cependant, pour concevoir une application nouvelle ou améliorée, une équipe devrait présenter une spécification à l’IT, l’IT devrait allouer des ressources matérielles coûteuses, puis les roues commenceraient lentement à tourner. Douze à dix-huit mois plus tard, un prototype serait disponible à tester, et il est probable qu’il soit déjà obsolète par rapport aux dernières applications basées sur le cloud.

Mais dans le cloud, les développeurs peuvent créer un serveur en quelques minutes et obtenir une application prête à être testée en quelques semaines. Cela permet à des banques comme Capital One de créer de nouvelles et meilleures applications bien plus rapidement que leurs concurrents qui utilisent encore des pratiques de développement sur site. Aujourd’hui, Capital One est considérée comme une banque d’avant-garde, ce qui est très attrayant pour les clients qui apprécient la rapidité, l’innovation et l’accessibilité.

3. Le Cloud est aussi sécurisé que les appli développées sur site

Le fait est que le cloud n’est pas moins sécurisé que l’infrastructure sur site. Il s’agit simplement de tirer parti des bons outils – ceux conçus pour le cloud.

Mais ce que les entreprises ont essayé de faire à la place, c’est d’appliquer leurs outils de sécurité sur site (ceux sur lesquels ils ont fortement investi et se sont familiariser avec) à leurs nouveaux environnements de cloud computing. Comme ces outils ne sont pas conçus pour le cloud, ils ne peuvent tout simplement pas gérer tous les aspects de sécurité qui lui sont intrinsèques.

Contrairement à un monde sur site où il y a un périmètre défini à protéger, dans le cloud, il n’y a pas de périmètre. Cela signifie que le paysage des menaces devient illimité, de sorte que la meilleure façon d’ajouter de la sécurité est de tirer parti de la surveillance continue de la sécurité. Grâce à une surveillance continue, aucun comportement anormal ne passe inaperçu, offrant aux banques le même niveau de visibilité et de protection (voire plus) que sur les applications conçues sur site.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *